Covid-19 et Bioélectronique Vincent

 Il y a plusieurs manières d'observer ce qui se passe dans cette "crise" du Covid-19 dite "pandémie" :

  • sous l'angle Pasteur : les microbes nous attaquent, il faut nous en protéger.
  • sous l'angle Béchamp : nous produisons nos microbes quand notre terrain est déséquilibré, à partir de nos microzymas devenus morbides.

Dans les 2 cas, la qualité de notre terrain est importante :

  • sous l'angle Pasteur : elle sera un frein à cette "attaque externe",
  • sous l'angle Béchamp : plus notre terrain est sain moins nos microzymas serons morbides = moins nous serons malades, ni ne produirons de microbes.

Que serait le virus sous l'angle Béchamp ?  Un microzyma propre à l'individu, rendu morbide par suroxydation (manque d'électron) du milieu et expulsé dans l'air par l'expiration comme de nombreux autres ; l'air en est rempli depuis la nuit des temps et les microzymas morbides perdent très vite leur morbidité.

Plusieurs données vont dans ce sens :

  • les génomes microbiens prélevés sur un individu, sont systématiquement différents d'un malade à l'autre, alors même qu'en culture (in vitro), ils sont identiques. Tout indique qu'ils pourraient être propres à chaque individu et porter son identité.
  • Les scientifiques ont découvert récemment un microbiome dans les zones "classiquement stériles" (1) et ne pense pas à remettre en cause les notions basées sur le dogme faux de la stérilité, en particulier ; "les microbes sont étrangers à nos organismes stériles et lorsqu'on les y retrouve c'est forcément qu'ils s'y sont introduit" : tout cela ne tient plus.
  • Quant à la contagion :
    • les corona virus rencontrés en France sont en majorité endémiques, selon l'IHU de Marseille ; ce sont des "virus saisonniers" que l'on retrouve d'une année à l'autre. Et ces corona touchent des personnes sur des critères de terrain dégénéré, personnes fragilisées. On ne peut pas parler franchement de contagion.
    • Dans la même veine, des études sur la “propagation” montrent un fort taux de mutations, et encore une forme locale des souches : on parle de recombinaisons …(2) ; On constate donc souvent des interprétations à partir du seul angle “propagation” d’un virus cause de l’épidémie. Mais n’y a-t-il pas une obsession d’un mode de pensée depuis Pasteur ?

(1) https://www.aimsib.org/2019/03/10/et-si-notre-organisme-netait-pas-du-tout-sterile-un-siecle-derreurs-scientifiques/

(2) https://twitter.com/DNA_RNA_Uni/status/1257048400970878979

La BEV serait d’un tel secours !

Les mesures bioélectroniques du terrain pourraient facilement mettre en évidence les risques et permettraient d'agir dès les premiers symptômes.

Les maladies virales et même nos maladies de société pour la plupart sont liées à un sang veineux oxydé ; une simple mesure du rH2 du sang peut en témoigner.

Que se passe-t’il quand le sang est suroxydé ? Il manque d’électrons disponibles pour capter l’oxygène au niveau des poumons. L’oxygène se fixe par une réaction d’oxydo-réduction, il est l’oxydant et le sang devrait être le réducteur (cas terrain sain) mais il ne l’est plus (terrain oxydé).

Les maladies virales s’expriment sur un terrain oxydé donc, mais également surminéralisé, et la dérive de ces 2 paramètres est propice aux thromboses (aux microthromboses donc(1)). Il se produit en effet une coagulation du sang lorsque l’énergie vitale dépasse 540 microwatts, c’est la fameuse ligne des thromboses du diagramme Vincent (voir l’article du Pr A. Fougerousse) (2).

De nombreuses causes affectent ces paramètres :

  • L’oxydation : la nourriture transformée, les vaccins, les ondes électro-magnétiques, le stress, le fait d’être coupé de la terre ….
  • La surminéralisation est le plus souvent souvent causée par des eaux minérales dont les minéraux ne sont pas assimilables, Les sodas, la déshydratation …

A noter que les minéraux doivent être fournis par les végétaux qui nous les fournissent sous une forme assimilable.

La surminéralisation du sang est dû au fait que le sable formé par ces minéraux, devrait être éliminé régulièrement par l’urine, mais il finit par boucher les reins et le sang devient de plus en plus chargé.

Le virus n’a rien à voir dans tout çà, c’est bel et bien l’état dégradé du terrain qui peut avoir été aggravé par un vaccin, la nourriture aseptisée, la 5G ou même le surplus d'ondes provoqué par le CPL associé au compteur Linky (que vous l'ayez fait installé ou pas !) et provoquer cette enchainement de symptômes conduisant à la détresse respiratoire.

 

(1) "le problème est cardiovasculaire et non respiratoire! C'est la microthrombose veineuse, et non la pneumonie qui détermine la mort!" https://buongiornonews.it/coronavirus-una-speranza-dalla-scoperta-del-prof-giannini/?fbclid=IwAR0omJzFRc2cr8uW33Vf5HR9uHcI6G_CrMSamJejHhITcjmsdN5Fd9FVDrQ

(2) https://www.aimsib.org/.../lexplication-sur-la-thrombose.../