Comment savoir si nos habitudes sont bonnes ?

Comment prévoir leur impact sur notre santé, sur notre environnement ?

 Louis Claude Vincent a découvert comment mesurer le TERRAIN cher à Antoine Béchamp.

 Grâce à la bioélectronique, il montre scientifiquement :

Comment notre terrain de santé peut se dégénérer,

Comment mesurer et détecter tôt cette dégradation,

Comment, par de bonnes habitudes au quotidienrétablir et maintenir l'équilibre synonyme de santé.


Les actualités récentes :

Microzymas et fermentation vineuse

La vie sur terre est l'acte des ferments de vie à la base de tout organisme vivant.

Puisque tout est fermentation, voici une conférence sur les microzymas (les fameux ferments de vie) en général et la fermentation vineuse en particulier.

Ainsi j'ai présenté la théorie de Béchamp dans le cadre d'un cycle de conférences à "La Rencontre du Vivant ” organisée par l'Association Aquitaine Biodynamie.

Cette présentation a eu lieue le 15 décembre 2023 dans la magnifique "Vieille Chapelle" au château du même nom.


Isolation vraiment ? Mais de quoi au juste ?

Le magazine Nexus vient de publier un reportage expliquant comment le « virus de la Covid-19 » a été isolé à l’IHU de Marseille.

J’ai écouté, très intéressée, ce reportage dont les commentaires ravis, s’extasient devant un tel travail.

Le voici, régalez-vous de ce que les experts expliquent sur les différentes étapes qu’ils ont respectées :

 

https://www.youtube.com/watch?v=RtN6lS2DFFA

 

Je remercie Nexus pour ce reportage, parce que je m’interrogeais sur les procédés et techniques employés. Mais surtout, j’avais relevé en mars 2020 dans une Interview de Didier Raoult à La Provence (1), que les « virus » analysés sur 100 personnes atteintes d’infection respiratoire plutôt grave, ne mettaient absolument pas en évidence le SARS-CoV-2 mais plutôt des « virus endémiques » :

 

Pr Didier Raoult : « À Marseille, nous avons diagnostiqué 120 cas positifs, il y avait deux morts de plus de 87 ans. Ils mourraient aussi l'année dernière. Sur 100 prélèvements de gens qui ont une infection respiratoire, ce sont plutôt des cas graves, quand on teste 20 virus et 8 bactéries, il y en 50 % dont on ne sait pas ce qu'ils ont, c'est notre grande ignorance. Pour tous les autres, il y a 19 virus saisonniers, qui tuent aussi. Les coronavirus endémiques tuent plus ici que le chinois. Je confronte en permanence les causes de mortalité dans toute la région à cette espèce de soufflet anxiogène qui monte : pour l'instant, on a plus de chance de mourir d'autres choses que du Covid-19. Le grand âge, les comorbidités et la prise en charge tardive sont des facteurs de mortalité. C'est peut-être inentendable, mais c'est la réalité. La seule chose qui m'intéresse sont les datas, les données brutes. Les données vont rester, les opinions, elles, changent... Je ne dis pas l'avenir, mais je ne suis absolument pas terrifié. »

 

Comment se fait-il, qu’à partir du moment où l’IHU a reçu le modèle génétique de référence, il arrive à « reconstituer » ce modèle ?

Il s’agit bien de reconstitution à partir de machines « sophistiquées ». La machine recolle les morceaux grâce à des recouvrements identiques de fragments.

On peut imaginer des pièces de plusieurs puzzles mélangés, les pièces sont emboitées comme par magie prenant la forme « attendue », parce que, sur quel critère pourrait-on les relier ? Sur quelle logique ? Il s’agit bien d’une logique informatique, mais est-ce la réalité ?

La reconstitution d’un gène à partir de fragments multiples ne comporte-t-elle pas un risque d’interprétation par le logiciel qui fournit au plus près ce qu’on attend de lui.

Que donneraient donc des analyses en aveugle de plusieurs échantillons témoin (sain, asymptomatique, malade d’une autre maladie) comparés à l’échantillon du malade ?

 

Mais avant tout, on a isolé, à partir de l’échantillon prélevé sur un malade, des particules inférieures à 200 nm en les filtrant.

Les scientifiques connaissent les exosomes dans ces dimensions qui doivent être dans les mêmes gradiants de densité.

Sur quelques rares photos au microscope électronique (ME) dont on ne sait pas si la technique de fixation (d’éventuelle coloration, coloration négative) est la même, on pourrait donc arriver à distinguer les exosomes des virus.

Ce serait aussi simple que cela ? Parce qu’il y a forcément des exosomes dans l’échantillon prélevé sur le malade.

Pourquoi l’ingénieur du laboratoire en ME insiste sur le fait que çà ne peut pas être des exosomes ?

Que sont les exosomes ?

On trouve, à l’intérieur des organismes vivants, des exosomes ou vésicules extracellulaires (VE) auxquels on découvre de plus en plus de propriétés :

« Les exosomes sont des vésicules extracellulaires de taille nanométrique sécrétées par les fluides corporels et sont connus pour représenter les caractéristiques des cellules qui les sécrètent. Le contenu et la morphologie des vésicules sécrétées reflètent le comportement cellulaire ou l'état physiologique, par exemple la croissance, la migration, le clivage et la mort des cellules. Le rôle des exosomes peut dépendre fortement de leur taille, et la taille des exosomes varie de 30 à 300 nm » (2)

 

Lire la suite

Etude scientifique française sur le jeûne

Les études scientifiques sur le jeûne sont si rares en France que cela mérite d'être souligné.
Cette étude très récente a été menée en partie par une équipe du CNRS dirigée par Jean Marc Sabatier.
Son titre est parlant : "Découvrir les bénéfices du jeûne ..."
"...le jeûne a montré des effets prometteurs dans l'amélioration des marqueurs de la santé cardiovasculaire tels que la pression artérielle, les niveaux de cholestérol et les niveaux de triglycérides. En outre, il a été suggéré que le jeûne améliore la sensibilité à l'insuline, favorise la perte de poids et améliore la santé métabolique, offrant ainsi des avantages potentiels aux personnes souffrant de diabète et de troubles métaboliques. En outre, le jeûne peut renforcer la fonction immunitaire, réduire l'inflammation, améliorer l'autophagie et soutenir la défense de l'organisme contre les infections, le cancer et les maladies auto-immunes. Le jeûne a également démontré un effet positif sur le cerveau et le système nerveux. Il a été associé à des propriétés neuro-protectrices, améliorant les fonctions cognitives et réduisant le risque de maladies neurodégénératives, en plus de la capacité d'augmenter la durée de vie..."

 

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/38018193/

Télécharger
Découvrir les bénéfices du jeûne :
Vous pouvez téléchargez la publication scientifique en anglais.
Unlocking the Benefits of Fasting.pdf
Document Adobe Acrobat 865.8 KB

Histoire & Révélations sur Béchamp

Zeljko TRAILOVIC m'a reçue le 13 novembre 2023, dans son émission "Histoire & Révélations" afin de parler de mon livre :

"Antoine Béchamp : La compréhension du vivant"

édité aux éditions Marco Pietteur où vous pouvez le commander directement :

 


Une esquisse de l'oeuvre de Béchamp

En 1899, le Dr Hector Grasset avait tenté de remonter à la genèse de la microbiologie en explorant les Comptes rendus de l'académie des Sciences.
Il en a fait une esquisse (d'une quinzaine de pages) de l’œuvre de ce "savant méconnu", Antoine Béchamp, qui aurait mérité un bien meilleur sort, selon lui.

La voici...

Vous pouvez la télécharger

Télécharger
Hector_Grasset-Un_Savant_m_233_connu_A.p
Document Adobe Acrobat 2.4 MB