Si vous souhaitez ajouter des commentaires, je vous demande d'être respectueux de la justesse des informations que vous pourriez donner, dans l'esprit du site : transmettre et diffuser.

Les chiffres sont-ils révélateurs ?

"Les statistiques peuvent être nos meilleures alliées pour comprendre le monde qui nous entoure, comme la plus grande prison intellectuelle au service d’un discours unique."

Pierre Lecot, ingénieur statisticien, effectue un retour en arrière et explique sa démarche, son évolution durant cette "crise".

Sa rigueur de statisticien intègre, le pousse à approfondir les chiffres qui nous sont imposés bruts par les médias depuis 2 ans presque, sans jamais être mis en perspective, aucune, pour nous permettre de les replacer dans leur contexte.

En trois partie, interviewé par Xavier Azalbert (France-soir), Pierre nous explique son cheminement et ses analyses.

En particulier, en rapport avec ce site qui défend la théorie de Béchamp, Pierre constate une absence de propagation des maladies dites "épidémiques" mais plutôt une cause environnementale (vidéo 2).

 

1. Itinéraire d'une démarche de questionnement

2. La mortalité hivernale vient-elle des épidémies ?

3. Reprendre et comprendre le cours de l’histoire de la crise


Vous pouvez retrouver les nombreuses videos de décryptage de Pierre sur sa chaîne "Décoder l'éco".

0 commentaires

Dr. Valentina Kiseleva – Le virus et autres mythes

Cet interview du Dr Valentina Kiseleva nous permet de prendre du recul sur la science "académique" et ses dérives.

https://cv19.fr/2021/11/13/dr-valentina-kiseleva-le-virus-et-autres-mythes/

Dossier Vitamine C

 

Voici un dossier très instructif sur l'intérêt d'utiliser la Vitamine C à haute dose.

Ce dossier a été réalisé à partir des contributions de scientifiques lors du Congrès International de Santé Naturelle de 2017.

Je l'ai récupéré sur le site du Pr André Fougerousse, afin de vous fournir le lien direct.

 

Bonne lecture

1 commentaires

Un point sur les injections dites anti-covid

Effets indésirables remontés dans la base de données européenne au 24/07/2021 :

Les vaccinés sont-ils des cobayes ? Réponse du Dr Louis Fouché sur ce lien

Et si seulement des traitements efficaces pouvaient être prescrits, le risque serait sans comparaison moindre.

Voici la liste des médecins engagés, affiliés à l'association "Laissons les prescrire

0 commentaires

Lettre de Carole et Louis Fouché

Un hymne à vous gonfler le coeur :

Bilan population 2020

Que vous inspire ce dessin de Patrick représentant la démographie française en 2020 ?



Petit complément pour enfoncer le clou : 

L'âge moyen des décès "dits" du covid est supérieur à 81 ans et donc de l'ordre de l'espérance de vie ! 

Télécharger
Téléchargez le pdf pour accéder aux liens indiqués
Barrière.pdf
Document Adobe Acrobat 90.9 KB

0 commentaires

Une médecine barbare

Choquée !

Je suis choquée par ces images dont les promoteurs ont réussi leur effet (1) lors de la présentation de l’émission « l’hôpital retient son souffle ». Intuber une personne est choquant, barbare.

Quand une personne a du mal à respirer, cela provoque en elle un manque d’oxygène, alors on impose par la force cet apport d’oxygène, comme un enfant que l’on force à manger quand il n’a pas faim.

 

De fait on agit directement sur le symptôme, encore et encore : on prétend aider cette personne à respirer en la faisant respirer de force.

 

Pourquoi ne tente-t-on pas de comprendre ce qui provoque cette détresse respiratoire ?

Au niveau des poumons l’oxygène se fixe sur l’hémoglobine par une réaction d’oxydo-réduction c’est à dire que l’hémoglobine (réducteur) doit disposer d’électrons accessibles à l’oxygène (oxydant) et pour cela le sang doit être « réduit » (par opposition à « oxydé »).    

La bioélectronique, nous explique l’importance de l’équilibre du terrain que l’on mesure par des paramètres physico-chimiques du sang veineux, entre autres.

Un paramètre peu connu, le rH2 (2) est un nombre qui rend compte de façon non ambiguë du pouvoir oxydant ou réducteur d’espèces présentes dans une phase aqueuse (3)

 

Dans l’absolu, la neutralité d’oxydo-réduction correspond à rH2 = 28.

Une solution dont rH2 < 28 est réductrice c’est à dire capable de fournir des électrons à un éventuel oxydant.

Une solution dont rH2 > 28 est oxydante, avide d’électrons.

 

Mais tout est relatif.

On estime le rH2 d’un sang veineux de SANTÉ entre 21 à 24, le sang étant prélevé et mesuré dans les conditions respectant celles de la veine, grâce à une cellule de mesure entre l’aiguille et la seringue, maintenant la pression de la veine et isolant le sang de l’air.

Un sang au delà de 25 est considéré comme oxydé par rapport à un sang sain.

Quand le sang arrive au poumon, l’hémoglobine a perdu de son pouvoir réducteur et ne peut fixer suffisamment d’oxygène et cela se traduit par  

·      De l’essoufflement,

·      De la fatigue

·      Une paresse intestinale : les mouvements péristaltiques de l’intestin demandent de l’énergie

 

En effet le métabolisme cellulaire qui transforme le sucre en énergie a besoin d’oxygène, malgré la présence d’un métabolisme anaérobie coexistant.  

Lorsque le sang est très oxydé, il peut se retrouver dans l’incapacité de fixer l’oxygène ; c’est la détresse respiratoire.

Pensez-vous que d’apporter de force de l’oxygène peut arranger les choses ?

Bien évidemment NON ! Pire cet apport suroxyde le sang, aggravant l’état du terrain.

Et en effet :

Des médecins italiens se sont interrogés sur les conséquences dramatiques d’une « ventilation en pression positive ».

Le Dr Pasquale Mario Bacco s’est adressé ainsi au parlement italien (4):

« Nous les avons ventilés en pression positive. Je ne sais pas si vous savez et comprenez exactement ce qu’est la ventilation en pression positive.

Nous leur avons « brûlé » les poumons, parce que l'oxygène que nous introduisions dans leur appareil respiratoire, on n'aurait pas dû l'utiliser en raison des thromboses pulmonaires dont ils souffraient. C’était de l’oxygène à l’état pur. Nous leur avons « fusillé » les poumons. 

Nous avons tué des patients, et dans toute cette histoire, les médecins, aussi mes collègues, nous nous sommes transformés en instrument de mort.

Si vous aviez pu voir les images d’autopsies, le pire film d’horreur pour enfants ne serait rien en comparaison. Nous avons condamné les malades. Nous ne l'oublions pas. Parce que nous ne devons pas l'oublier. »

Il faut noter encore et encore les incohérences relevées dans cette crise sanitaire qui restera dans l’histoire sans aucun doute : les italiens ont osé braver « l’interdiction » de faire des autopsies sur des morts de la Covid. Comment comprendre ce qui se passe sans ces autopsies ? Comment tirer les leçons ? Quelles sont les raisons cachées de telles décisions ?

 

Quelle solution alors ?

Même dans l’urgence, il est possible d’agir sur les causes, dans ce cas précis, et dans bien d’autres cas, en rétablissant rapidement l’équilibre oxydo-réducteur sanguin ;

Les Allemands ont compris : ils injectent de la vitamine C aux patients en détresse respiratoire. La vitamine C est anti-oxydante, redonnant son pouvoir réducteur au sang, permettant à l’oxygène de se fixer, et au patient de respirer. Ils soignent vraiment en rétablissant le terrain.

Vous avez sûrement noter que ce Docteur italien signale les thromboses pulmonaires qui sont désormais caractéristiques (grâce aux autopsies investigatrices) de la Covid.

Le Pr André Fougerousse vous expliquerait que les thromboses sont également une conséquence de l’oxydation du sang, associée à une surminéralisation (5).

Au final, on constate que l’Allemagne n’a pas subi de pic de surmortalité en mars-avril (6), au contraire de la France et de l’Italie. Comment expliquer cette différence autrement que par les différences de traitements (je cite la Pr Alexandra Henrion-Caude). D’ailleurs le Dr Pasquale Mario Bacco (4) précise bien :

 

« Le malade n'est pas mort du virus, mais des traitements »

Allons plus loin encore

« Le malade n’est pas mort du virus » ok, mais de même, si cette explication bioélectronique tient la route, alors la cause de la maladie n’est pas le virus mais bel et bien l’état oxydé du terrain. Le virus n’est d’ailleurs même pas présent dans 50 cas sur 100 individus atteints d’infection respiratoire grave selon une étude de 100 cas analysés par l’IHU de Marseille en mars 2020 (8

« c’est notre grande ignorance » précise le Pr Didier Raoult.

Le virus prélevé ferait-il partie de ce virôme interne qui questionne les scientifiques ? Pourquoi pas, en sachant que celui-ci n’est jamais le même d’un individu à l’autre, vous confirmerait Emma Kahn. Une publication récente (26 mars 2020) propose à la science « 5 défis pour comprendre le rôle du virôme dans la santé et la maladie » (7):

Et on peut relever en particulier dans cette publication :
« …the most critical challenge ahead is defining whether the virome plays a causal role in the associated diseases »

Eh oui ! « Le défi le plus critique » à venir est de déterminer si le virôme joue un rôle causal dans les maladies associées.

Allons-nous enfin vers un changement de paradigme ?

Si seulement les scientifiques comprenaient à quel point la lecture des travaux de Béchamp est une aide précieuse et incontournable pour comprendre le vivant (13).

Si le virus n’est pas à l’origine de la maladie, il faudrait impérativement en trouver la cause.

Remontons le fil rouge : sur-oxydation du sang, sur-minéralisation, sont facteurs de détresse respiratoire, de thrombose (5).

Nombreux sont ces facteurs oxydatifs, sur-minéralisants dans notre environnement, nos habitudes de société. Voyez cet article précédent (9) qui explique comment pourraient survenir les pathologies saisonnières selon Louis Claude Vincent (créateur de la bioélectronique Vincent).

Mais la gravité des symptômes dans le cas de la Covid suppose une subite aggravation du terrain qui pourrait avoir été provoquée par un stress oxydatif violent. Il est alors impossible de ne pas faire le lien avec l’injection d’un produit hyper-oxydé dans le sang devenant incapable de maintenir son homéostasie.

On pense inévitablement à un vaccin. L’ABEV (10) a mesuré, pour exemple, le vaccin antigrippe influvax tetra avec un appareil Vincent capable de mesurer directement le rH2.

rH2 = 33 pour les échantillons testés d’influvax tetra

Ce vaccin est hyper oxydant, même étant injecté dans le muscle, il a un impact inévitable sur les paramètres sanguins. Sur le diagramme Vincent, il apparaît à la limite vitale du sang, autant dire que le risque est important.


Avec une étude bioélectronique lèverait-on le doute sur la cause des décès consécutifs à la vaccination antigrippe en Corée du sud (11) et ailleurs ?

Il faudrait prendre le temps de s’interroger sur les antécédents vaccinaux des patients décédés au lieu d’en faire un sujet tabou ou plutôt inavouable.

Le Dr Michel de Lorgeril dépasse ces tabous et pose la question d’un éventuel lien entre la campagne vaccinale et la recrudescence de la Covid (12) cet automne 2020.

Alors entre traitements médicaux et injections vaccinales : les causes et les conséquences de la Covid ne seraient-elles pas avant tout iatrogènes ? La question reste à approfondir.

Et que dire de l’interdiction d’injecter de la vitamine C en France ?

6 commentaires

Covid-19 et Bioélectronique Vincent

 Il y a plusieurs manières d'observer ce qui se passe dans cette "crise" du Covid-19 dite "pandémie" :

  • sous l'angle Pasteur : les microbes nous attaquent, il faut nous en protéger.
  • sous l'angle Béchamp : nous produisons nos microbes quand notre terrain est déséquilibré, à partir de nos microzymas devenus morbides.

Dans les 2 cas, la qualité de notre terrain est importante :

  • sous l'angle Pasteur : elle sera un frein à cette "attaque externe",
  • sous l'angle Béchamp : plus notre terrain est sain moins nos microzymas serons morbides = moins nous serons malades, ni ne produirons de microbes.

Que serait le virus sous l'angle Béchamp ?  Un microzyma propre à l'individu, rendu morbide par suroxydation (manque d'électron) du milieu et expulsé dans l'air par l'expiration comme de nombreux autres ; l'air en est rempli depuis la nuit des temps et les microzymas morbides perdent très vite leur morbidité.

Plusieurs données vont dans ce sens :

  • les génomes microbiens prélevés sur un individu, sont systématiquement différents d'un malade à l'autre, alors même qu'en culture (in vitro), ils sont identiques. Tout indique qu'ils pourraient être propres à chaque individu et porter son identité.
  • Les scientifiques ont découvert récemment un microbiome dans les zones "classiquement stériles" (1) et ne pense pas à remettre en cause les notions basées sur le dogme faux de la stérilité, en particulier ; "les microbes sont étrangers à nos organismes stériles et lorsqu'on les y retrouve c'est forcément qu'ils s'y sont introduit" : tout cela ne tient plus.
  • Quant à la contagion :
    • les corona virus rencontrés en France sont en majorité endémiques, selon l'IHU de Marseille ; ce sont des "virus saisonniers" que l'on retrouve d'une année à l'autre. Et ces corona touchent des personnes sur des critères de terrain dégénéré, personnes fragilisées. On ne peut pas parler franchement de contagion.
    • Dans la même veine, des études sur la “propagation” montrent un fort taux de mutations, et encore une forme locale des souches : on parle de recombinaisons …(2) ; On constate donc souvent des interprétations à partir du seul angle “propagation” d’un virus cause de l’épidémie. Mais n’y a-t-il pas une obsession d’un mode de pensée depuis Pasteur ?

(1) https://www.aimsib.org/2019/03/10/et-si-notre-organisme-netait-pas-du-tout-sterile-un-siecle-derreurs-scientifiques/

(2) https://twitter.com/DNA_RNA_Uni/status/1257048400970878979

La BEV serait d’un tel secours !

Les mesures bioélectroniques du terrain pourraient facilement mettre en évidence les risques et permettraient d'agir dès les premiers symptômes.

Les maladies virales et même nos maladies de société pour la plupart sont liées à un sang veineux oxydé ; une simple mesure du rH2 du sang peut en témoigner.

Que se passe-t’il quand le sang est suroxydé ? Il manque d’électrons disponibles pour capter l’oxygène au niveau des poumons. L’oxygène se fixe par une réaction d’oxydo-réduction, il est l’oxydant et le sang devrait être le réducteur (cas terrain sain) mais il ne l’est plus (terrain oxydé).

Les maladies virales s’expriment sur un terrain oxydé donc, mais également surminéralisé, et la dérive de ces 2 paramètres est propice aux thromboses (aux microthromboses donc(1)). Il se produit en effet une coagulation du sang lorsque l’énergie vitale dépasse 540 microwatts, c’est la fameuse ligne des thromboses du diagramme Vincent (voir l’article du Pr A. Fougerousse) (2).

De nombreuses causes affectent ces paramètres :

  • L’oxydation : la nourriture transformée, les vaccins, les ondes électro-magnétiques, le stress, le fait d’être coupé de la terre ….
  • La surminéralisation est le plus souvent causée par des eaux minérales dont les minéraux ne sont pas assimilables, Les sodas, la déshydratation … mais les médicaments et surtout les vaccins dont l'injection viole les barrières naturelles sont un véritable fléau.

A noter que les minéraux doivent être fournis par les végétaux qui nous les fournissent sous une forme assimilable.

La surminéralisation du sang est dû au fait que le sable formé par ces minéraux, devrait être éliminé régulièrement par l’urine, mais il finit par boucher les reins et le sang devient de plus en plus chargé.

Le virus n’a rien à voir dans tout çà, c’est bel et bien l’état dégradé du terrain qui peut avoir été aggravé par un vaccin, la nourriture aseptisée, la 5G ou même le surplus d'ondes provoqué par le CPL associé au compteur Linky (que vous l'ayez fait installé ou pas !) et provoquer cette enchainement de symptômes conduisant à la détresse respiratoire.

 

(1) "le problème est cardiovasculaire et non respiratoire! C'est la microthrombose veineuse, et non la pneumonie qui détermine la mort!" https://buongiornonews.it/coronavirus-una-speranza-dalla-scoperta-del-prof-giannini/?fbclid=IwAR0omJzFRc2cr8uW33Vf5HR9uHcI6G_CrMSamJejHhITcjmsdN5Fd9FVDrQ

(2) https://www.aimsib.org/.../lexplication-sur-la-thrombose.../

Vaccins & société

En l'absence d'un vrai débat sur ce sujet controversé, en tant que parent, mais aussi en tant que médecin vous vous posez des questions légitimes.

Une collection écrite  par le Dr Michel de Lorgeril dont voici une interview, analyse de manière objective les risques liés aux vaccins s'appuyant sur les études scientifiques et statistiques, vaccin par vaccin.


0 commentaires

Le condensé des travaux d'Antoine Béchamp

Un condensé du livre d'Antoine Béchamp est disponible au téléchargement.

Ses travaux sont d'avant-garde ; c'est une mine d'or pour les scientifiques : Un nouveau paradigme. 

Les plus récentes recherches confirment ces travaux, mais les scientifiques manquent de recul et la méconnaissance de ces travaux est un véritable handicap.

 

0 commentaires

Plus d'un siècle d'erreurs scientifiques

Savez-vous que les scientifiques découvrent enfin que les zones "classiquement stériles" de notre organisme ne le sont pas ?

Un siècle d'erreurs scientifiques ! Mais les conséquences de ces erreurs ne sont pas tirées !

Pourtant, Antoine Béchamp l'avait compris, mais bien plus encore alors que la science tarde à prendre le recul nécessaire.

Voici un article que j'ai écrit pour l'AIMSIB *: 

https://aimsib.org/2019/03/10/et-si-notre-organisme-netait-pas-du-tout-sterile-un-siecle-derreurs-scientifiques/

* Pensez à soutenir cette bienveillante association 

1 commentaires

L'indispensable cholestérol

CHOLESTÉROL :

LE MAL-AIMÉ QUI VOUS VEUT DU BIEN

Jamais dans toute l’histoire de la médecine vous ne pourrez lire, visionner, ne serait-ce qu’imaginer autant de versions différentes concernant l’importance ou la nocivité d’une simple molécule pourtant naturellement fabriquée par votre organisme : le cholestérol. Comment est-il possible que depuis sa découverte en 1814 par le chimiste français Eugène Chevreul, la communauté médicale et scientifique reste toujours aussi partagée quant à sa légitime place dans la biologie des Sapiens, c’est-à-dire : chez vous et moi ? ...

Lire l'article du Dr Vincent Reliquet 

 

0 commentaires

Les vaccins sont-ils inoffensifs ?

Il est possible d’accéder à la base de données européenne des rapports d’effets indésirables susceptibles d’être liés à l’utilisation de médicaments dont les vaccins.   

Voici une recherche sur les issues des réactions suspectées reportées dans cette base. Il a fallu extraire les résultats pour chaque groupe de réactions et effectuer le total par produit. J’explique plus loin comment procéder ainsi que les récapitulatifs par vaccin et par pays.

 

Issues à octobre 2018 :

Remarque : les données concernant le ROR (remplacé par le MMR vaxpro) ne sont plus accessibles. D’après ce lien, il était fait état de 495 « fatal outcome » en mai 2017 concernant le ROR : https://www.sante-nutrition.org/voici-nombres-de-deces-suite-aux-vaccinations/

 

Alors on nous dira : ce sont des réactions suspectées !

On sait, en effet, combien il est difficile de faire reconnaître ces fameuses réactions post-vaccinales comme étant liées au vaccin. Pourquoi ? Parce que les vaccins c’est sacré, on n’y touche pas : « la vaccination ne se discute pas ! » ou bien « les vaccins sont inoffensifs » scandent nos ministres de la santé. Et effectivement, on constate que la France n’effectue que très peu de rapports (voir vaccin par vaccin – répartition par pays – plus bas)

Se pose tout de même la question : Ne doit-on pas appliquer le principe de précaution ? Cela me semble plus que jamais urgent.

Télécharger
Comment accéder à ces informations sur la base de données européennes ?
Issues base de données Européenne Vaccin
Document Adobe Acrobat 1.4 MB
0 commentaires

La science piétine

Chercheurs, scientifiques, microbiologistes, changez vos techniques d'observation et intéressez-vous aux granulations moléculaires prétendues amorphes alors qu’elles sont animées d’un mouvement soi disant "brownien" alors qu'elles ont une réelle vitalité.

Elles sont vivantes et vitales : nous construisent, nous structurent, nous organisent, nous renouvellent, nous entretiennent.

Elles nous survivent : elles sont les poussières qui restent après notre putréfaction qu’elles activent (*).

(*) voilà ce que Pasteur n'a pas su expliquer et n'a jamais approfondi, voilà ce qui rend ses principes non démontrés et la science piétine en se basant sur ses principes. 

Et voilà ce qui rend les travaux considérables d'Antoine Béchamp plus que jamais incontournables :

4 commentaires