La terre nous recharge en électrons

Les électrons sont indispensables au métabolisme. Ils sont l'enjeu des réactions d'oxydo-réduction.

Une nourriture vivante apporte des électrons au sang par l'alimentation (anti-oxydante) indispensable à la santé. 

Mais notre corps est soumis en permanence à des champs électriques positifs très élevés, et donc oxydatifs ("mangeurs" d'électrons) favorisant les mécanismes d'inflammation chronique à l'origine de nombreuses maladies (*). Même une nourriture essentiellement anti-oxydante ne peut suffire à compenser cette perte d'électrons.

Savez vous que la terre est le plus grand pourvoyeur d'électrons ?

Le contact avec la terre ou "prise de terre" permet de récupérer des électrons que la terre nous transmet. Dommage que nous ayons perdu le contact naturel avec la terre !

 On parle aussi de "mise à la terre", parce qu'à son contact nous rétablissons le niveau électronique, que nous devrions avoir en permanence :

celui de la terre, des végétaux, de la nature.

Non seulement cette mise à la terre est immédiate (quelques secondes au plus) mais elle a la faculté de nous protéger de l'environnement électro-magnétique survoltant, nous oxydant en l'absence de ce contact.

Ci-contre : l'effet parapluie (*) démontre le rétablissement du niveau électronique de la terre chez la personne B, pieds nus, la protégeant entièrement des ondes environnantes.

Alors que la personne A, isolée du sol par des chaussures, subit complètement les influences extérieures. 

Cet effet parapluie est vrai bien sûr pour tous les végétaux, et les arbres en particulier.

Voilà comment les arbres peuvent ainsi exercer un effet protecteur.

Expérience de chaîne humaine

Une petite expérience que j'ai faite lors d'un stage que j'animais à Moirax (près d'Agen) :

Nous mesurions l'électricité induite dans le corps, dans différentes situations :

  • personne dehors debout sur le gazon : 90 mV
  • personne debout dans une salle carrelée près d'une table avec ordinateur et câbles électriques : 500 mV
  • personne assise sur la table en bois (sans toucher le sol) : 2 V

Nous avons fait une chaîne humaine entre la personne dehors et la personne assise sur la table, aussitôt la mesure de l'électricité induite pour la personne assise sur la table a chuté de 2 V à 90 mV

Cette personne a immédiatement récupéré les électrons de la terre transmis par la chaîne humaine.

  On constate que le corps tend toujours à se rapprocher du niveau électronique de la terre. C’est le contact avec la terre qui devrait être permanent, l’absence de contact est absolument anormal et notre société devrait tenter de rétablir au mieux cette défaillance en prenant en compte ce besoin vital dans les normes de construction des bâtiments et de tous les appareils électriques.  

La négativation

Faire une "prise de terre" en récupérant immédiatement les électrons de la terre, revient à faire une négativation.

Louis Claude Vincent a inventé un "négativeur" relié à la prise de terre. Mais le principe est le même dans ce qu'on appelle le "earthing"(*) ; de nombreux accessoires de mise à la terre (plus ou moins efficaces) sont vendus sur les sites dédiés à se protéger des champs électro-magnétiques.

Et si on est bricoleur, un simple voile métallique peut servir de tapis de mise à la terre. Il faut auparavant s’assurer de la qualité de la connexion à la terre au niveau des prises utilisées.    

> on relie le voile à un fil de cuivre gainé (vert-jaune sur la photo) à l'aide d'une grosse pression, en mettant en contact le voile et le cuivre du fil (grâce à une cosse à oeil éventuellement),

> on connecte le fil à une prise en guise de fil de terre (en supprimant les autres fils, bien sûr)

> permet de se mettre à la terre en branchant la prise d'un côté et en touchant le voile métallique de l'autre (poser ses pieds en chaussettes de coton dessus).

Dans cet exemple (photo ci-contre), l'électricité induite passe de 700mV (pieds levés) à 3mV (pieds posés sur le tapis connecté à la terre).

Devant une cuisinière électrique, debout sur ce même voile connecté à la terre, on passe de 2,7 V (sans le tapis) à 3 mV.

Ces mesures ont été faites dans une maison en bois, dont les fibres transportent et donc propagent les champs électriques (cf. blog).

Ce même dispositif peut être glissé sous un drap housse (en coton) la nuit et permettre la mise à la terre si précieuse pendant la nuit. (*)

Remarque : Un sang de santé a un potentiel d'oxydo-réduction de l'ordre de 220 mV, ce potentiel est survolté chez une personne atteinte d'une maladie inflammatoire  (300 - 500 mV).

 La mise à la terre rétablit entre autres la fluidité du sang.

Ci-joint : sang vu au microscope avant et après 40 mn de mise à la terre.

On constate également après 2h de mise à la terre que le potentiel zeta du sang retrouve des valeurs de santé : passant de -5,28mV (sang épais) à -14,26mV (sang fluide) suivant l'expérience présentée p. 240 (*).

Il faut savoir que si l'on perd le contact avec la terre, les effets bénéfiques constatés disparaissent petit à petit, d'où l'importance de renouveler ce contact aussi souvent que possible.

Précautions

  1. S'assurer de la qualité et de la conformité de la prise de terre particulièrement dans les logements anciens.
  2. Il faut savoir également que la mise à la terre rétablit très rapidement la fluidité correcte du sang (voir p. 239 du livre (*)) et donc, il faut penser à tenir compte du risque de cumuler anti-coagulants et mise à la terre afin de ne pas provoquer d'hémorragie.

(*) cf."Connectez-vous à la terre" de Clinton Ober, Stephen Sinatra M.D., Martin Zucker