"Les microzymas sont à la racine même de l'organisation ; sans eux pas d'organisation et pas de matière vivante "

Antoine Béchamp, Lille le 10 avril 1883


Voici un exemple d'une des nombreuses observations qu'Antoine Béchamp a faites :

Il a observé au microscope une plante grasse dont une partie était gelée (l'hiver). Qu'a t'il vu ?

Dans la partie gelée : des bactéries

Dans la partie saine : des granulations (visibles à x700)

Dans la partie intermédiaire : des étapes de formation des bactéries à partir des granulations.

Bien entendu, il a reproduit et reproduit (comme à son habitude, très rigoureuse) en laboratoire en variant des paramètres divers.

La plante était malade : seulement la cause de la maladie n'est pas la bactérie, mais le froid qui a changé les conditions du milieu (= terrain), les bactéries n'en sont qu'une conséquence. Voire même une défense.

Ce sont les mêmes granulations qu'il a trouvées dans tous les organismes, dont il a étudié toutes les spécificités selon les organes, les glandes, les humeurs ... , et cette granulation qu'il a appelé microzyma est vitale et a un rôle prépondérant dans l'organisation.

Voir les travaux d'Antoine Béchamp sur les microzymas plus bas.

Le polymorphisme microbien

 Le Pr André Fougerousse a créé l'association BEVINKER pour défendre les travaux

d' Antoine BEchamp sur le polymorphisme des microbes,

de Louis Claude VINcent sur la bioélectronique,

de Louis KERvran sur les transmutations biologiques.

"La plus petite unité de vie n’est pas la cellule, mais les microzymas, éléments anatomiques majeurs (faciles à observer dans des conditions particulières);

Sous l’influence de la nature du milieu dans lequel ils se trouvent, les microzymas sont susceptibles de donner naissance soit à des bactéries, soit à des mycéliums, soit à des virus, et ces processus (observables au microscope) sont réversibles ! (polymorphisme de la matière vivante)

Les microbes et virus rencontrés dans de nombreuses maladies ne sont pas la cause de la maladie, mais ils sont produits par le terrain déséquilibré du malade, terrain momentanément favorable à leur développement." (*)

Bien entendu cette vision d'Antoine Béchamp démontrée par des travaux approfondis durant 30 ans (ci-dessous) remet en cause les dogmes de Pasteur jamais démontrés.

(*)extrait d'un article du Pr André Fougerousse

Les microzymas : Antoine Béchamp

Le livre d'Antoine Béchamp (consultable sur internet) de plus de 1000 pages, est passionnant, d'un point de vue scientifique et historique. A. Béchamp prend la peine d'expliquer les avancées scientifiques et recoupe les expériences de son époque. C'est un véritable exemple de démarche scientifique. Ses travaux (et ceux de son équipe) étalés sur 30 ans sont très aboutis et ne pourront être plus longtemps ignorés. Ils remettent en cause notre vision du "microbe" et de la maladie.

J'ai fait un condensé de l'avant-propos en format video ci-contre et voici des condensés des conférences présentées dans le livre. Vous pouvez les télécharger une à une :


Comment la science peut-elle passer à côté ?

 

Les moyens modernes n’ont pas que des avantages.

La microscopie électronique ne permet pas d'observer les microzymas à cause des traitements subis par les échantillons qui leur font perdre cette « vitalité » justement. Antoine Béchamp utilisait un microscope Nachet avec cellule à immersion, lui permettant de distinguer les granulations moléculaires du foie particulièrement petites.

Le Dr Scohy explique cela très bien sur la vidéo ci-contre.

C'est le cas aussi de Gaston Naessens, ci-dessous :


Le polymorphisme selon Gaston Naessens

Gaston Naessens nomme cette petite unité de vie la somatide.

La somatide est essentielle à la vie
Sans somatide, il ne peut y avoir de division cellulaire.
Ci-joint le cycle polymorphique dans lequel apparaissent les formes normales 1 à 3, ou pathologiques 4 à 16.
Les 3 premiers stades correspondent au cycle normal de la somatide dans un organisme sain.
Les autres stades correspondent à diverses pathologies.